État actuel de la question

  • La biovigilance, mise en place par le décret n° 2003-1206 du 12 décembre 2003, a pour objet la surveillance des incidents et des risques d’incident relatifs aux éléments et produits du corps humain utilisés à des fins thérapeutiques
  • Le correspondant local de biovigilance (CLB) de l’établissement de soins représente l’échelon local en relation directe avec l’AFSSAPS et l’Agence de Biomédecine (ABM). Il est chargé de recueillir l’ensemble des informations portées à sa connaissance et relatives aux incidents et effets indésirables
  • Le CLB doit informer sans délai le correspondant de biovigilance de l’ABM de tout incident ou effet indésirable survenu dans le cadre des activités de prélèvement ou de greffe d’organes ou de tissus.
  • On note actuellement une sous-déclaration et une hétérogénéité dans les déclarations de biovigilance au niveau national. Par exemple
    - réinjection trop précoce de CSH autologues après conditionnement, ayant conduit à un changement des pratiques dans un centre. Ou encore
    - fréquence élevée de contaminations bactériennes d’unités de sang placentaire ayant nécessité un supplément de formation des équipes de prélèvement en maternité
  • Le nombre d’incidents ou d’effets indésirables rapportés en biovigilance en 2010 après allo ou autogreffe de CSH varie de 0 à 42 par région en France, la moyenne étant de 8. Ceci est à mettre en perspective avec le nombre de prélèvements et d’inspections de greffons (cf tableau 1 et 2). De plus, le type d’évènements signalés varie selon les centres et les CLB. Une contamination par le cytomégalovirus d’un receveur séronégatif par un donneur séropositif après allogreffe sera ainsi déclarée comme un incident par certains CLB, non par d’autres ; de même en ce qui concerne une maladie veino-occlusive hépatique, complication fréquente après allogreffe de CSH.

Tableau 1: Nombre de prélèvements de cellules en France en 2010 en France (source : rapport de Biovigilance 2010)

Dahpa2011 9tableau1

Tableau 2 : Nombre d'administrations de produits de thérapie cellulaire en 2010 en France (source : rapport de Biovigilance 2010)

Dahpa2011 9tableau2

Conclusion de l’atelier

Il est utile de déclarer les effets indésirables pouvant conduire à une modification des procédures ou des contrôles.

Nous avons donc procédé à l’élaboration de fiches types de déclaration d’évènements indésirables graves (EIG) pour faciliter et harmoniser les déclarations de biovigilance sur le territoire. Afin de favoriser la déclaration d’incidents chez les donneurs, une fiche spécifique a également été rédigée pour le donneur.

Recommandations

Les fiches pourront être intégrées au dossier papier/dossier informatique du patient et de son donneur afin de servir de supports à la déclaration. Elles permettront également d’améliorer la traçabilité des déclarations et servir d’outil d’aide à la saisie dans PROMISE. L’atelier insiste sur la nécessité d’un suivi du nombre et du type de déclarations de biovigilance après greffe de CSH, afin de procéder à une évaluation régulière des pratiques et des éventuelles dérives.

Les complications attendues des greffes ne sont pas à déclarer et une liste non exhaustive de complications fréquentes pourra être jointe à la fiche de déclaration.

De J0 à J100 post-allogreffe :

Déclarer :

  • infection bactérienne, virale (ex : VHB,VHC, VIH, HTLV, West-Nile,...) fongique, parasitaire potentiellement transmise par le greffon
  • autres évènements inattendus
  • accident grave liée à une incompatibilité érythrocytaire
  • non prise de greffe et/ou rejet précoce
  • GVH grade II-IV en situation syngénique

Ne pas déclarer :

  • évènements toxiques attendus liés au conditionnement ou aux traitements associés
    ex : mucite, MVO, microangiopathie thrombotique
  • parmi les infections virales :
    séropositivation ou réactivation : CMV, EBV, HHV6, adenovirus, BK virus, virus respiratoires, entérovirus, VZV, HSV
  • infection bactérienne, fongique, parasitaire liée à l’immunodépression ou à une réactivation (toxoplasmose par ex)
  • réaction aiguë du greffon contre l’hôte

Ne pas déclarer les décès liés à une complication attendue de la greffe (infections, GVH sévère, rechute de l’hémopathie, toxicité attendue)

Après J100 post-allogreffe :

Déclarer : 

  • hémopathies ou tumeurs potentiellement transmises par le greffon.
    Ex : leucémie sur les cellules du donneur
  • infection transmise de révélation tardive
  • toute pathologie inattendue pouvant être liée au greffon (pathologie auto-immune hors GVH, allergie sévère, maladie génétique...)

Ne pas déclarer :

GVH chronique et pathologies associées, complications connues à long terme (ex : ostéonécrose, bronchiolite oblitérante, insuffisance rénale, cancers post radiques (thyroide, peau...) et cancers liés à l’immunodépression (lymphomes EBV induits)

Questions résiduelles à explorer

Serait il possible à l’avenir de réaliser en interfacer avec la biovigilance et le recueil dans le logiciel Promise de toutes les greffes de CSH ?

Annexe 1: FICHE DE SIGNALEMENT DES EFFETS INDESIRABLES – GREFFE ALLO DE CSH

Annexe 2 : FICHE DE SIGNALEMENT DES EFFETS INDESIRABLES – GREFFE AUTO DE CSH

Annexe 3 : FICHE DE SIGNALEMENT DES EFFETS INDESIRABLES – DONNEUR ALLO CSH

Dahpa2011 9Annexe1

Dahpa2011 9Annexe2

Dahpa2011 9Annexe3

RÉFÉRENCES

1. Cockerill KJ, Lyding J, Zander AR. Red cell aplasia due to host type isohemagglutinins with exuberant red cell progenitor production of donor type in an ABO-mismatched allogeneic bone marrow transplant recipient. European journal of haematology 1989:43(3):195-200.

2. Verschuur A, Brousse N, Raynal B, et al. Donor B cell lymphoma of the brain after allogeneic bone marrow transplantation for acute myeloid leukemia. Bone marrow transplantation 1994:14(3):467-470.

3. Brown SA, Bashey A, Schey SA. Donor cell leukaemia--an unresolved problem. European journal of haematology 1995:54(3):198-199.

4. Rainey MG, Harrison P, Hows JM, et al. Spontaneous graft-versus-host disease following autologous peripheral blood progenitor cell transplantation in chronic myeloid leukaemia. Bone marrow transplantation 1996:17(6):1077-1079.

5. Karthaus M, Gabrysiak T, Brabant G, et al. Immune thyroiditis after transplantation of allogeneic CD34+ selected peripheral blood cells. Bone marrow transplantation 1997:20(8):697-699.

6. Zaja F, Barillari G, Russo D, et al. Myasthenia gravis after allogeneic bone marrow transplantation. A case report and a review of the literature. Acta neurologica Scandinavica 1997:96(4):256-259.

7. Deane M, Singer C, Lawler M, et al. Acute skin GVHD following syngeneic BMT for CLL. Bone marrow transplantation 1998:22(12):1207-1209.

8. Lopez A, de la Rubia J, Arriaga F, et al. Severe hemolytic anemia due to multiple red cell alloantibodies after an ABO-incompatible allogeneic bone marrow transplant. Transfusion 1998:38(3):247-251.

9. Ishiyama M, Iwabe K, Hida M, et al. [Massive hemolysis following allogeneic peripheral blood stem cell transplantation with minor ABO incompatibility]. [Rinsho ketsueki] The Japanese journal of clinical hematology 2002:43(6):477-481.

10. Hertenstein B, Hambach L, Bacigalupo A, et al. Development of leukemia in donor cells after allogeneic stem cell transplantation--a survey of the European Group for Blood and Marrow Transplantation (EBMT). Haematologica 2005:90(7):969-975.

11. Ritchie DS, Sainani A, D'Souza A, et al. Passive donor-to-recipient transfer of antiphospholipid syndrome following allogeneic stem-cell transplantation. American journal of hematology 2005:79(4):299-302.

12. Bennett CL, Evens AM, Andritsos LA, et al. Haematological malignancies developing in previously healthy individuals who received haematopoietic growth factors: report from the Research on Adverse Drug Events and Reports (RADAR) project. British journal of haematology 2006:135(5):642-650.

13. Greaves MF. Cord blood donor cell leukemia in recipients. Leukemia 2006:20(9):1633-1634.

14. Ruiz-Arguelles GJ, Ruiz-Arguelles A, Garces-Eisele J. Donor cell leukemia: a critical review. Leukemia & lymphoma 2007:48(1):25-38.

15. Rapport annuel de Biovigilance AFSSAPS; 2010.

16. Guide de Biovigilance Edition 2011 AFSSAPS

17. Wang E, Hutchinson CB, Huang Q, et al. Donor cell-derived leukemias/myelodysplastic neoplasms in allogeneic hematopoietic stem cell transplant recipients: a clinicopathologic study of 10 cases and a comprehensive review of the literature. American journal of clinical pathology 2011:135(4):525-540.

18. Ferrand C, Garnache-Ottou F, Collonge-Rame MA, et al. Systematic donor blood qualification by flow cytometry would have been able to avoid CLL-type MBL transmission after unrelated hematopoietic stem cell transplantation. European journal of haematology 2012:88(3):269-272.

Back to Top
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies de statistiques
Le Cron démarre